Interview du Docteur Baptiste David

Chirurgien vasculaire

 

Photo Dr David

 

 

 

  1. En quoi consiste votre activité ?

 

Dr David – La chirurgie vasculaire inclut toutes les pathologies en rapport avec l’ensemble des vaisseaux de l’organisme (artères et veines). Il s’agit donc d’une spécialité très variée mêlant à la fois une activité chirurgicale classique mais également une part importante de chirurgie endovasculaire qui à l’avantage d’être moins invasive pour les patients.

 

Pour ma part, je pratique l’intégralité des interventions de chirurgie vasculaire et endovasculaire veineuse et artérielle.

L’ensemble des artères peuvent être sujettes à réparation mais les plus fréquentes sont les artères carotides, l’aorte thoracique ou abdominale et les artères des membres inférieurs.

La chirurgie veineuse pour varices, la chirurgie d’hémodialyse pour les patients insuffisants rénaux et l’embolisation artério veineuse complètent mon activité.

 

 

  1. Qu’est-ce qui vous a conduit à exercer le métier de chirurgien vasculaire ?

 

Dr David – Le milieu médical m’a rapidement séduit dans ma jeunesse notamment en regardant les exploits de Georges Clooney dans « Urgences ». J’ai ensuite très vite été convaincu par le côté technique de la chirurgie. J’ai donc effectué mes études de médecine dans l’optique de pratiquer un jour cette spécialité. C ‘est durant mes différents stages d’internat que j’ai opté pour la chirurgie vasculaire. J’ai été attiré par la multitude d’intervention qu’il est nécessaire de maitriser, la réflexion pré opératoire indispensable au bon déroulement de la procédure et la technicité que requiert cette chirurgie.

 

 

  1. Quelles sont les spécificités de votre travail ? Pouvez vous nous décrire une « journée type » ?

 

Dr David – Contrairement à bon nombre de spécialité chirurgicale qui évolue vers l’hyperspécialisation, la chirurgie vasculaire est déjà en soit une spécialité qui est certes variées mais qui est très spécialisée. Je pratique donc l’ensemble des interventions de chirurgie vasculaire avec un attrait certain pour la chirurgie artérielle qu’elle soit conventionnelle ou endovasculaire.

 

Je n’ai pas vraiment de « journée type », il s’agirait plutôt dans mon cas de « semaine type ». Effectivement, les deux journées les plus chargées sont le lundi et le vendredi car elles sont dédiées au bloc opératoire. La matinée est consacrée aux patients opérés en ambulatoire (chirurgie veineuse notamment). La journée se poursuit avec les chirurgies artérielles endovasculaire et conventionnelle. Durant la matinée, il est indispensable de faire la visite des patients hospitalisés, en début d’après midi de faire sortir les patients opérés le matin en ambulatoire et en fin de journée de s’assurer des bonnes suites des patients pris en charge le jour même.

 

Le mardi, mercredi et jeudi sont des journées de consultation. Je consulte à la Polyclinique le mardi, mercredi et jeudi matin et partage les après midi entre Manosque et Coudoux. Le reste du temps il est nécessaire de s’occuper du suivi des patients mais également des démarches administratives.

 

  1. Quels sont selon vous les prochains grands défis en chirurgie vasculaire ?

 

 

Dr David – Sans hésitation, le développement de notre spécialité est l’endovasculaire qui permet de réaliser des interventions avec une hospitalisation de moins de 24H. Celles ci se pratiqueront très probablement dans les prochaines années en ambulatoire. L’avantage est incontestable pour les patients qui n’ont pas de cicatrice, moins de douleur et retrouve une autonomie totale en quelques heures. Ces techniques existent déjà à l’heure actuelle et se développent de plus en plus. L’amélioration constante du matériel et de la technique chirurgicale permet de prendre en charge de plus en plus de patients par cette méthode. Ceci concerne la prise en charge des anévrismes aortiques, des artères des membres inférieurs, des artères carotides d        ans certains cas, et bien d’autres encore.

En parallèle, le développement du matériel et des techniques permet également de réaliser de façon fine des embolisations de toutes petites artérioles qui vont très probablement révolutionner dans les années à venir la prise en charge de nombreuses pathologies comme l’adénome de prostate, les fibromes utérins, les hémorroïdes….